Paysages Intérieurs

Ciné, musique, BD, photo, littérature...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Josef SUK (1974-1935, tchèque)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
laurent
Maître de maison


Masculin Nombre de messages : 4821
Age : 41
Localisation : Sotteville
Date d'inscription : 16/08/2004

MessageSujet: Josef SUK (1974-1935, tchèque)   Ven 25 Mai 2007 - 14:48

Josef SUK

Un compositeur méconnu dont j'apprécie énormément l'oeuvre.
Je le considère un peu comme le CHAUSSON tchèque.



Petite bio :
Josef Suk ( né le 4 janvier 1874 à Krečovice et mort le 29 mai 1935 à Benešov, près de Prague ) est un compositeur tchèque.
Il fut l’élève de d'Antonín Dvořák dont il épousa la fille Otilia. L’influence du beau-père est évidente dans ses compositions de jeunesse comme la Sérénade pour cordes (1892), ou le Scherzo Fantastique (M), dotées d'un romantisme lyrique. Cependant, il se dégagea peu à peu de l'influence de son maître et adopta un langage relativement moderne.

Son œuvre la plus célèbre et certainement la plus réussie est la symphonie en cinq mouvements Asraël, écrite sous le coup de la mort de son beau-père puis de son épouse ( les trois premiers mouvements sont dédiés à Dvořák, les deux derniers à Otilia ). Asraël est l'Ange de la mort dans la mythologie hébraïque, et toute l'œuvre baigne dans un climat à la fois funèbre, démoniaque, désespéré et résigné. Le triple climax du premier mouvement est un des passages les plus impressionnants de toute la musique occidentale, avec ses trombones de l'Apocalypse qui n'en finissent pas de résonner. Il rappelle curieusement le grand triple climax du premier mouvement de la huitième symphonie d’Anton Bruckner, dont rien ne dit que le compositeur avait à ce moment connaissance.

De 1892 à 1933, il fut membre du célèbre Quatuor Tchèque avec lequel il fit de nombreuses tournées internationales. Malgré cette très longue participation, il n’écrivit que peu de musique de chambre et, à l’inverse de beaucoup de ses confrères, n’utilisa que très peu de sources littéraires et folkloriques de son pays. En 1922, nommé professeur au Conservatoire, il en fut deux fois recteur. Ami de Vítezslav Novák, Josef Suk constitue un maillon important de l’évolution de la musique tchèque entre le 19ème et le 20ème siècle.

Il est également le grand-père du violoniste Josef Suk (né en 1929)

Liste d'opus :
Citation :
1 - Quatuor pour piano et cordes (1891)
2 - Trio pour piano, violon et violoncelle (1889-90)
3 - Ballade, pour violoncelle et piano (1890-97)
3b - Sérénade, pour violoncelle et piano (1898)
4 - Ouverture dramatique (1891-92)
5 - Fantaisie-polonaise, pour piano (1892)
6 - Sérénade pour cordes (1892)
7 - Six Pièces pour piano (1891-93)
8 - Quintette pour piano et cordes (1893)
9 - Conte d'hiver, ouverture (1894, 1926)
10 - Cinq Moods, pour piano (1895)
11 - Quatuor n°1 (1896)
12 - Huit Pièces pour piano (1896)
13 - Radusz et Mahulena, musique de scène pour solistes, choeur et orchestre (1897-1898)
14 - Symphonie (1897)
15 - Dix Mélodies pour choeur de femmes et piano à 4 mains (1899)
16 - Pohadka ( Conte de fée ), suite symphonique (1899-1900)
17 - Quatre Pièces, pour violon et piano (1900)
18 - Quatre Chants, pour choeur d'hommes (1900)
19 - Trois Chants, pour choeur et piano (1900)
20 - Sous le pommier, pour solistes, choeur et orchestre (1900-01)
21 - Suite pour piano (1900)
22a - Printemps, pour piano (1902)
22b - Impressions d'été, pour piano (1902)
23 - Elégie, pour piano, violon et violoncelle (1902)
24 - Fantaisie, pour violon et orchestre (1903)
25 - Scherzo Fantastique (1903)
26 - Prague, poème symphonique (1904)
27 - Symphonie Asraël (1904-06)
28 - La Mère, cinq Pièces pour piano (1907)
29 - Pohadka leta ( Conte d'été), poème symphonique (1907-09)
30 - Dix Pièces pour piano "Choses vécues, choses rêvées" (1909)
31 - Quatuor n°2 (1902-11)
32 - Cinq Chants, pour choeur d'hommes (1911-12)
33 - Six Berceuses pour piano (1910-12)
34 - Zrani ( Maturation ), poème symphonique (1917)
35a - Méditation sur l'ancien choral tchèque en l'honneur de saint Venceslas, pour orchestre ou quatuor à cordes (1914)
35b - La Légende des vainqueurs morts, poème symphonique (1920)
35c - Toward a New Life, pour orchestre (1919-20)
36 - Sur l'amitié, pour piano (1920)
37 - Epilogue, pour solistes, choeur et orchestre (1920-29, 33)

+ Fantaisie, pour orchestre à cordes (1888)
+ Marche triste, pour orchestre à cordes (1889)
+ Feuillets d'album, pour piano (1895)
+ Cycle de poèmes symphoniques sur l'histoire tchèque (1915-1917)
+ Soudseka, pour cinq violons, contrebasse, cymbales, triangle et percussions (1935)

_________________
"Un intellectuel, c'est quelqu'un qui serait capable de décrire Sophia Loren sans faire de gestes" ( AUDIARD )
"Mon dieu, si tu existes, délivre-nous de toutes les religions" ( BEDOS )
"Je croirai en dieu le jour où il n'y aura plus de religions" ( Moi )

www.paysagesinterieurs.com
http://laurentrenault.canalblog.com/


Dernière édition par laurent le Lun 8 Sep 2008 - 1:49, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.paysagesinterieurs.com
laurent
Maître de maison


Masculin Nombre de messages : 4821
Age : 41
Localisation : Sotteville
Date d'inscription : 16/08/2004

MessageSujet: Re: Josef SUK (1974-1935, tchèque)   Ven 25 Mai 2007 - 15:02

De nombreux artistes restent en relation avec leur région natale, avec les lieux où ils ont passé leur enfance et leurs vacances. Ce sont pour eux des lieux sécurisants, des sources d’inspiration et d’intimité souvent tellement nécessaires. Pour Josef Suk, un tel endroit fut Krecovice, un petit village du district de Sedlcany, où il est né dans les bâtiments de l’ancienne école le 4 janvier 1874 et où il se rendit souvent, même à l’époque de sa plus grande notoriété. En 1895, son père érigea une maison pour son fils - l’actuel Memorial Josef Suk. A cette époque, le jeune compositeur avait déjà derrière lui quelques uns de ses premiers succès en tant que compositeur et interprète.

Avant tout cela, il y eut ses années chez lui, à Krecovice, en tant qu’écolier et aussi dans le choeur de la ville, et peu après - à partir de 1895 - ses études au Conservatoire de Prague où il fut admis dans la classe de violon d’Antonin Bennewitz. Il devint bientôt évident que cet étudiant de Krecovice n’avait pas seulement du talent comme interprète mais aussi un talent créatif ; en d’autres mots il était actif à la fois comme violoniste et comme compositeur. En 1891, il commença à suivre de la classe d’Antonin Dvorak et, une année plus tard, sous la direction de Hanuô Wihan, il forma le Quartet Tchèque, un ensemble de musique de chambre avec lequel Suk, en tant que second violon, voyagea dans presque toute l’Europe et se produisit dans environ 4000 concerts. Ce débordement inhabituel d’activité (comprenant plus tard l’enseignement), ainsi que la grande responsabilité face à chacun des aspects de cette activité, ont caractérisé toute la vie de Suk.

La première période est représentée, par exemple, par le Quartet à corde en Ré mineur (opus 1) ou la Messe de Krecovice en Si bémol majeur, pour laquelle SUK s’est inspiré de ses souvenirs des moments agréables passés dans le choeur de " Papa ". Son chant d’amour, extrait des Compositions pour piano (opus 7), fut vraiment célèbre dans le monde entier.

La musique théâtrale de Raduz a Mahulena (opus 13) de Zeyer non seulement reflète explicitement les années heureuses de son amour pour Otilie Dvorakoa (ils se marièrent en 1898), mais représente également une étape importante dans sa cristallisation du discours musical de Suk. Avant Raduz, le compositeur n’avait probablement jamais rencontré une poésie aussi forte et pressante ; En outre, le désir humaniste de Zeyer de communauté avec le peuple se rattache à tout ce que SUK a apporté avec lui de son environnement familial. Les années 1904 et 1905 - mort de Dvorak et d’ Otilie - provoquèrent une cassure dans sa vie et dans son oeuvre.

Après Asrael (1905 -1906) vint une magnifique série d’oeuvres symphoniques : Histoire d’été (1907 - 1909), Maturation (1912 -1917), Légendes des vainqueurs morts (1919 -1920) et Epilogue (1920 -1933). La perte cruelle des êtres aimés, les coups du destin, la réconciliation et la rédemption sont les principaux traits de son monde intérieur que Suk a traduit en musique. Il n’est pas surprenant que ces oeuvres philosophiquement importantes comportent en elles un langage musical d’un autre type que, par exemple, la souriante Sérénade en Mi bémol Majeur (1892) ou le poème symphonique Prague (1904). A partir de la fin du Romantisme, Suk évolua vers les frontières de la tonalité, de l’expression, vers l’utilisation prudente des armatures et vers une polyphonie très complexe. Il investit aussi sa musique de chambre d’une intensité intérieure à cette époque, spécialement dans le cycle pour piano A propos de mère (1907),Dans la vie et le rêve (1909) et Berceuses (1910 -1912).Une expérience pratique amena Suk à une compréhension des possibilités et des capacités d’expression du violon. Il était encore jeune quaedlcannd il créa Fantaisie pour violon et orchestre qu’il dédia à Hugor Boettinger, et Scherzo fantastique (1903) dédié à Oscar Nedbal, son compagnon d’études de la classe de composition de Dvorak et son compagnon occasionnel d’interprétation dans le Quartet Tchèque. De son expérience du quartet, Suk retira, en tout premier lieu, une connaissance musicale approfondie et une méthode détaillée de consignation des notes : ses partitions étaient et sont encore parmi les plus compliquées de la musique tchèque. Une forte personnalité a, généralement, à la fois des admirateurs et des opposants : ce fut aussi le cas de Suk. D’une part il fut nommé Docteur honoraire en musique à l’Université Masaryk de Brno (1934) et Recteur du Conservatoire de Prague où il enseigna la composition musicale à partir de 1922, et d’autre part, à partir de 1918, il fut entraîné, avec le Quartet Tchèque, dans des conflits aveugles entre les camps de Smetana et de Dvorak. Suk fut personnellement très fortement affecté par toute cette affaire et, dans une certaine mesure, cela fut préjudiciable pour sa force de création.

Bien qu’il vécut à Benesov vers la fin de sa vie, il retourna souvent à Krecovice et bon nombre de ses amis l’accompagna. Parmi eux, par exemple, Vaclav Talich, le chef d’orchestre des grandes Premières de Suk, le peintre et caricaturiste Hugo Boettinger, les membres du Quartet Tchèque Karel Hoffman, Jiri Herold et Ladislav Zelenka, le pianiste Roman Vesely , le violoniste Frantisek Ondrisek et d’autres encore. Suk était resté en contact avec Vittezslav Novak depuis ses années d’études et leur amicale rivalité donna naissance à un nombre important de compositions. Pan, le cycle pour piano de Novak (1910) et Ripening de Suk et les épilogues - l’Epilogue de Suk et la Symphonie de l’automne (1934) de Novak en sont de bons exemples.

Le Mémorial fut fondé après la mort du compositeur et fut gardé dans son état intérieur original par le fils de Josef Suk. En 1951, la famille fit dont de ce mémorial à l’Etat et quatre ans plus tard un réaménagement partiel fut effectué. En tant que branche du musée Antonin Dvorak, l’exposition passa, en 1976, sous l’administration du musée de musique Tchèque.

http://www.ville-taverny.fr/article.php3?id_article=346

_________________
"Un intellectuel, c'est quelqu'un qui serait capable de décrire Sophia Loren sans faire de gestes" ( AUDIARD )
"Mon dieu, si tu existes, délivre-nous de toutes les religions" ( BEDOS )
"Je croirai en dieu le jour où il n'y aura plus de religions" ( Moi )

www.paysagesinterieurs.com
http://laurentrenault.canalblog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.paysagesinterieurs.com
laurent
Maître de maison


Masculin Nombre de messages : 4821
Age : 41
Localisation : Sotteville
Date d'inscription : 16/08/2004

MessageSujet: Re: Josef SUK (1974-1935, tchèque)   Ven 25 Mai 2007 - 15:05

http://perso.orange.fr/alain.cf/voyage/krekovice.htm

http://www.radio.cz/fr/html/hudba_20stoleti.html

http://www.lamediatheque.be/tchequie/SUK.htm

_________________
"Un intellectuel, c'est quelqu'un qui serait capable de décrire Sophia Loren sans faire de gestes" ( AUDIARD )
"Mon dieu, si tu existes, délivre-nous de toutes les religions" ( BEDOS )
"Je croirai en dieu le jour où il n'y aura plus de religions" ( Moi )

www.paysagesinterieurs.com
http://laurentrenault.canalblog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.paysagesinterieurs.com
vartan
Léonard de Génie


Nombre de messages : 1565
Age : 51
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: Josef SUK (1974-1935, tchèque)   Sam 26 Mai 2007 - 1:36

Le dernier lien ne semble pas marcher. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
laurent
Maître de maison


Masculin Nombre de messages : 4821
Age : 41
Localisation : Sotteville
Date d'inscription : 16/08/2004

MessageSujet: Re: Josef SUK (1974-1935, tchèque)   Lun 8 Sep 2008 - 1:04

Ajouté la liste des oeuvres.
Il ne reste plus qu'à tous écouter...
Malheureusement, tout n'existe pas en CD.

_________________
"Un intellectuel, c'est quelqu'un qui serait capable de décrire Sophia Loren sans faire de gestes" ( AUDIARD )
"Mon dieu, si tu existes, délivre-nous de toutes les religions" ( BEDOS )
"Je croirai en dieu le jour où il n'y aura plus de religions" ( Moi )

www.paysagesinterieurs.com
http://laurentrenault.canalblog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.paysagesinterieurs.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Josef SUK (1974-1935, tchèque)   Aujourd'hui à 8:38

Revenir en haut Aller en bas
 
Josef SUK (1974-1935, tchèque)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ma dyane 6 de 1974

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paysages Intérieurs :: Arts et culture :: Musique-
Sauter vers: