Paysages Intérieurs

Ciné, musique, BD, photo, littérature...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A la conquête de nos origines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
laurent
Maître de maison


Masculin Nombre de messages : 4821
Age : 41
Localisation : Sotteville
Date d'inscription : 16/08/2004

MessageSujet: A la conquête de nos origines   Sam 26 Nov 2005 - 17:22

Un autre truc qui me fascine, ce sont les découvertes astrophysiques.

Dernière en date : le prélèvement d'un échantillon d'astéroïde qui se ballade à 300 millions de kilomètres de la terre par une sonde japonaise.

Citation :
TOKYO (Reuters) - Une sonde japonaise est entrée dans l'histoire de la conquête spatiale en parvenant à se poser sur un astéroïde et à y prélever des échantillons qui pourraient contenir des informations très précieuses sur l'origine du système solaire.

Selon les scientifiques, faire atterrir la sonde Hayabusa, dont le nom signifie "faucon" en japonais, sur l'astéroïde était aussi périlleux que de tenter de poser un avion de ligne dans un Grand Canyon en mouvement.

C'est lors de sa seconde et dernière tentative que la sonde de l'Agence d'exploration aérospatiale japonaise (JAXA) est parvenue à récupérer un échantillon de l'astéroïde situé à 300 millions de km de la Terre.

La sonde a projeté à plus de 1.000 km/h une balle métallique de cinq grammes sur le sol de l'astéroïde, avant de récupérer dans une capsule les débris soulevés par l'impact.

"Je suis ravi qu'elle ait prélevé des échantillons. C'est le premier exploit du genre réalisé au monde. Il va permettre à l'humanité de progresser sur la voie de l'exploration spatiale", a déclaré dans un communiqué le ministre japonais de la Science et des Technologies, Iwao Matsuda.

Si Américains et Soviétiques ont rapporté des échantillons prélevés sur la Lune par le passé, c'est la première fois que des fragments d'un astéroïde sont collectés par une sonde.

Hayabusa a d'ores et déjà envoyé des images de l'astéroïde 25143 Itokawa qui ont été publiées sur le site internet de la JAXA. Sur l'une d'elle, on aperçoit l'ombre de la sonde.

Après un voyage de deux ans et demi, Hayabusa est parvenue dimanche à se poser à la surface de l'astéroïde long de 548 mètres de long et qui a la forme d'une pomme de terre. Il s'agissait du premier atterrissage d'un engin japonais sur un corps extraterrestre.

Il est resté 30 minutes sur Itokawa sans réussir à sortir l'équipement nécessaire aux prélèvements.

Les scientifiques de la JAXA avaient prévenu que la tentative de samedi serait la dernière en raison des faibles réserves en carburant de la sonde, qui doit ensuite rentrer sur Terre. Elle devrait atterrir en Australie en juin 2007.

Les scientifiques pensent que les astéroïdes contiennent des informations très utiles sur l'origine du système solaire car leurs roches n'auraient été que très peu altérées depuis la formation de ce système.

Mieux comprendre la structure d'un astéroïde pourrait en outre s'avérer crucial dans l'hypothèse où un d'entre eux venait à entrer dans une trajectoire de collision avec la Terre.

Wink

_________________
"Un intellectuel, c'est quelqu'un qui serait capable de décrire Sophia Loren sans faire de gestes" ( AUDIARD )
"Mon dieu, si tu existes, délivre-nous de toutes les religions" ( BEDOS )
"Je croirai en dieu le jour où il n'y aura plus de religions" ( Moi )

www.paysagesinterieurs.com
http://laurentrenault.canalblog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.paysagesinterieurs.com
......
Léonard de Génie


Féminin Nombre de messages : 2736
Date d'inscription : 21/10/2004

MessageSujet: Re: A la conquête de nos origines   Sam 26 Nov 2005 - 19:32

laurent a écrit:
Un autre truc qui me fascine, ce sont les découvertes astrophysiques.

"Je suis ravi qu'elle ait prélevé des échantillons. C'est le premier exploit du genre réalisé au monde. Il va permettre à l'humanité de progresser sur la voie de l'exploration spatiale", a déclaré dans un communiqué le ministre japonais de la Science et des Technologies, Iwao Matsuda.

Mieux comprendre la structure d'un astéroïde pourrait en outre s'avérer crucial dans l'hypothèse où un d'entre eux venait à entrer dans une trajectoire de collision avec la Terre.

Wink

Alors ca perso (et pourtant je sais que c'est fascinant...) mais ca me fait bien rire (ok c'est catégorique, je sais) mais ce genre de truc ben c'est le moindre de mes soucis même si c'est fascinant (je m'repete là Laughing )...

Ils ont trop regardé ARMAGEDDON! Mr. Green

Non mais même si ca peut être "bénéfique" à l'Homme dans divers domaines j'ai comme l'impression qu'on se fout (encore) de nous avec toutes ces sommes faraminseuses dépensées quasi inutilement...enfin je veux dire pour le résultat obtenu... OK je réagis comme un gosse qui boude tout mais il y a tellement de choses qui sont nettement plus "primordiales" (à mes yeux bien entendu! ^^ Laughing ) que ce genre de conneries (meme si ca peut etre benefique car on est jamais sur de ce qui peut nous ariver, hein!)...

Bon bref, limite si quelqu'un lache une idée (nettement plus intéressante que la mienne!) qui mérite réflexion, ben c'est cool! Laughing

Sur ce je vais m'attquer à l'origine des briques que ma mamy chauffaient dans son four avant de les mettrent sous ses draps histoire de pas avoir trop froid la nuit. Oui parce que GLAGLA ici! Enfin, ya 20 ans hein! Razz

Et, oh, sans rancunes! Laughing

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
laurent
Maître de maison


Masculin Nombre de messages : 4821
Age : 41
Localisation : Sotteville
Date d'inscription : 16/08/2004

MessageSujet: Re: A la conquête de nos origines   Ven 13 Jan 2006 - 15:22

Citation :
Retour dimanche de la sonde Stardust avec sa moisson de poussières cosmiques
AFP 12.01.2006 - 16:10

Après un périple de sept ans, la sonde spatiale américaine Stardust devrait livrer dimanche sur Terre sa précieuse moisson de poussières d'étoile et de comète, dans laquelle les chercheurs espèrent trouver des réponses sur le secret des origines du système solaire.

La capsule de 46 kg - dont le contenu céleste peut tenir dans une cuillère à café - doit se poser à 10H12 GMT dimanche dans le désert de l'Utah (ouest des Etats-Unis) après avoir parcouru 4,63 milliards de kilomètres, soit plus de 10.000 fois la distance de la Terre à la Lune.

Il s'agit de la première mission robotique pour recueillir au-delà de la Lune des particules datant d'avant la naissance du système solaire, voilà 4,5 milliards d'années, et depuis l'aventure Apollo 17 qui avait permis aux astronautes de ramener des pierres de Lune, en 1972.

"Les informations tant chimiques que physiques détenues dans les particules des comètes pourraient révéler l'histoire de la formation des planètes ainsi que des matériaux les composant", selon Don Brownlee, responsable scientifique de ce projet et professeur à l'université Washington à Seattle (nord-ouest).

Lancée en 1999, la sonde de 385 kg a rencontré la comète Wild 2, près de Jupiter, le 2 janvier 2004, après une double révolution autour du Soleil.

S'approchant à 240 km de son objectif, Stardust a tout d'abord déployé un bouclier pour se protéger des gaz et poussières dans le halo de la comète traversée.
Elle a ensuite étendu un collecteur en forme de raquette de tennis doté d'une centaine de petits casiers, sorte de bac à glaçons fait en aerogel, le plus léger des matériaux connus, afin de capturer des poussières.
L'aerogel, un silicone, a une souplesse unique lui permettant d'absorber les particules voyageant à très grande vitesse sans les endommager.
Stardust a également pris 72 photos de la comète Wild 2, montrant de grands rochers en surface, des cratères et une vingtaine de "geysers" crachant des gaz et de la poussière.

Lors de son voyage aller, les ingénieurs de la Nasa ont utilisé l'autre côté du collecteur pour capturer, pendant 195 jours, des grains de poussière inter-stellaires. Ces matériaux permettront aux scientifiques d'étudier la composition des étoiles.

Si tout se passe comme prévu, Stardust larguera la capsule à environ 110.000 kilomètres de la Terre, dimanche à 5H57 GMT, avant d'allumer ses moteurs pour aller se placer pour toujours en orbite autour du Soleil.
Quatre heures plus tard, à exactement 9H57 GMT, la capsule atteindra la première couche de l'atmosphère terrestre, au-dessus du Pacifique, plongeant à 46.435 km/heure, une vitesse record de rentrée atmosphérique pour un objet de fabrication humaine. Son bouclier thermique atteindra la température maximum de 2.700 degrés Celsius.
A 32 kilomètres d'altitude, ou deux minutes après, un petit parachute sera déployé pour freiner la capsule.
A 24 kilomètres d'altitude, elle entamera sa descente à la verticale du lieu d'atterrissage prévu avant l'ouverture d'un deuxième grand parachachute à 10.000 mètres, qui permettra à la capsule de se poser en douceur à 10H12 GMT sur une base militaire dans l'Utah.
Des hélicoptères doivent procéder à la récupération de la cargaison céleste qui sera transportée au Centre Spatial Johnson à Houston (Texas, sud)).

L'analyse des échantillons de particules cosmiques pourrait occuper les scientifiques pendant dix ans. C'est comme si on essayait de trouver 45 fourmis dans un terrain de football en examinant 1,6 million de carrés de terre de 5 centimètres carrés, résume un chercheur.

Pour les épauler, l'université de Berkeley en Californie (ouest) a lancé un programme de recrutement de plus de 30.000 volontaires qui auront accès à un microscope virtuel puissant via l'internet.

Euh, Volky, tu es un vil mécréant Very Happy
Moi je veux bien avoir accès au microscope virtuel.

Wink

_________________
"Un intellectuel, c'est quelqu'un qui serait capable de décrire Sophia Loren sans faire de gestes" ( AUDIARD )
"Mon dieu, si tu existes, délivre-nous de toutes les religions" ( BEDOS )
"Je croirai en dieu le jour où il n'y aura plus de religions" ( Moi )

www.paysagesinterieurs.com
http://laurentrenault.canalblog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.paysagesinterieurs.com
laurent
Maître de maison


Masculin Nombre de messages : 4821
Age : 41
Localisation : Sotteville
Date d'inscription : 16/08/2004

MessageSujet: Re: A la conquête de nos origines   Jeu 26 Jan 2006 - 14:51

Citation :
Une nouvelle planète similaire dans sa conformation à la Terre a été découverte par un groupe d'astronomes grâce à un réseau de téléscopes répartis dans le monde, a annoncé l'observatoire européen austral (ESO), depuis son siège de Santiago.

La nouvelle planète baptisée OGLE-2005-BLG-390Lb, tourne en orbite autour d'une étoile rouge cinq fois moins grande que le soleil, située à environ 20.000 années lumière, pas très loin du centre de la Voie lactée.

La planète ressemble à la Terre notamment par sa taille et sa composition chimique, a indiqué Stéphane Brillant, un astronome français de l'ESO. "En termes de masse, elle est plus proche de la Terre que de toute autre planète. A son centre, elle est formée de roches, ce qui la rend aussi semblable. Elle n'est pas identique à la Terre mais nous sommes plus proches qu'avant".

"La recherche d'une deuxième Terre a été le moteur de nos investigations et cette découverte nous permet de faire un grand saut en avant puisque c'est la planète la plus similaire à la Terre connue jusqu'à présent", a renchéri l'Allemand Daniel Kubas.

La planète OGLE se trouve trois fois plus loin de son étoile de référence que la Terre du soleil et a besoin de 10 ans pour en faire le tour. La température à sa superficie est d'environ -220 degrés celsius.

"OGLE est la troisième planète extrapolaire découverte grâce à la micro-optique", a indiqué Jean-Philippe Beaulieu, un autre astronome français.

L'ESO (European Southern Observatory), créé en 1962, est l'organisation européenne de recherche astronomique dans l'hémisphère sud. ESO est soutenue par 11 pays et opère au Chili sur deux observatoires situés dans le désert d'Atacama, le plus aride au monde.

Cool, une planète cousine.

Wink

_________________
"Un intellectuel, c'est quelqu'un qui serait capable de décrire Sophia Loren sans faire de gestes" ( AUDIARD )
"Mon dieu, si tu existes, délivre-nous de toutes les religions" ( BEDOS )
"Je croirai en dieu le jour où il n'y aura plus de religions" ( Moi )

www.paysagesinterieurs.com
http://laurentrenault.canalblog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.paysagesinterieurs.com
laurent
Maître de maison


Masculin Nombre de messages : 4821
Age : 41
Localisation : Sotteville
Date d'inscription : 16/08/2004

MessageSujet: Re: A la conquête de nos origines   Ven 3 Fév 2006 - 23:57

Citation :
L'astre découvert en 2005, considéré par certains astronomes comme la dixième planète de notre système solaire, est plus grande que Pluton, selon une étude publiée mercredi.

Cet objet, provisoirement baptisé 2003-UB313, est le plus éloigné trouvé à ce jour, à graviter autour du Soleil. Il se situe à 15 milliards de km de la Terre.

Cette nouvelle étude, conduite par l'astrophysicien allemand Frank Bertoldi de l'université de Bonn, paraît dans la dernière édition en ligne du journal britannique Nature et s'appuie sur des observations thermiques de 2003-UB313 pour en déduire ses dimensions.

Selon ces calculs, son diamètre est d'environ 3.000 km, soit plus que les 2.300 km de diamètres de Pluton, la plus petite planète du système solaire.

"Puisque que 2003-UB313 est plus grand que Pluton, il serait difficile de justifier de ne pas le classer dans la catégorie des planètes", a souligné ce scientifique.

Mais d'autres astronomes font valoir que cet objet céleste est deux fois plus éloigné du Soleil que ne l'est Pluton avec une orbite qui le situe loin dans la ceinture de Kuiper formée de millions d'astres glacés entourant notre système solaire.

La communauté scientifique compte un nombre grandissant de membres qui estiment que Pluton est un objet de la ceinture de Kuiper et ne devrait pas de ce fait être considéré comme une planète.

Certains proposent d'appeler ces astres intermédiaires des "planètes naines".

L'Union astronomique internationale, qui décide de ces classifications, continue à débattre du sort de Pluton et de 2003-UB313 sans que personne ne puisse dire quand elle tranchera.

Le nouvel astre avait été découvert le 8 janvier 2005 en réexaminant des photos prises depuis l'observatoire du mont Palomar en Californie le 21 octobre 2003.

Planètes ou pas, on s'en fout un peu en même temps...

_________________
"Un intellectuel, c'est quelqu'un qui serait capable de décrire Sophia Loren sans faire de gestes" ( AUDIARD )
"Mon dieu, si tu existes, délivre-nous de toutes les religions" ( BEDOS )
"Je croirai en dieu le jour où il n'y aura plus de religions" ( Moi )

www.paysagesinterieurs.com
http://laurentrenault.canalblog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.paysagesinterieurs.com
laurent
Maître de maison


Masculin Nombre de messages : 4821
Age : 41
Localisation : Sotteville
Date d'inscription : 16/08/2004

MessageSujet: Re: A la conquête de nos origines   Mar 14 Mar 2006 - 13:17

Citation :
Les poussières et particules provenant de Wild 2 récoltées par la sonde américaine Stardust épaississent davantage l'origine des comètes alors que les échantillons ramenés sur Terre en janvier montrent des traces de températures extrêmes, élevées et basses, ont indiqué lundi des scientifiques.

"Ce qui est assez remarquable, c'est que nous avons trouvé dans ces poussières les marques du feu et de la glace", a résumé Donald Brownlee, le responsable scientifique de cette mission, selon un communiqué publié sur le site de la Nasa, résumant une présentation à la presse faite le même jour au Johnson Space Center (JSC) à Houston (Texas, sud).

Contrairement à ce que pensaient les astrophysiciens, les comètes ne sont pas que de la glace, de la poussière et des gaz et pourraient être des corps plus complexes avec des origines variées, a ajouté ce professeur d'astronomie à l'université de Washington (nord-ouest) à Seattle. Et Wild 2 semble être un exemple de cette complexité, a encore dit Donald Brownlee.

"Il semble que les comètes soient constituées d'un mélange de matériaux formés à toutes les températures et à des endroits très proches du soleil à ses débuts mais aussi très éloignés", a observé Michael Zolensky, conservateur de Stardust et membre de l'équipe de recherche sur cette comète au JSC.

Les échantillons cométaires ramenés par la sonde Stardust paraissent être un endroit surprenant pour trouver de l'olivine, une roche naturelle abondante dans le sable vert des plages d'Hawaï. Sa présence dans la queue de Wild 2 est une surprise, ont jugé ces scientifiques.

Le fer, le magnésium et d'autres éléments sont des composants importants de l'olivine formé à haute température.

Les échantillons de Wild 2 contiennent aussi d'autres matériaux dont la formation requiert des température élevées contenant du calcium, de l'aluminium et du titane.

Stardust s'était approché à moins de 225 km de Wild 2 en janvier 2004 pour collecter sa moisson de poussières et de particules cométaires qui devraient permettre d'avoir une nouvelle compréhension de la composition des comètes et sur le fait de savoir comment elles divergent les unes des autres, ont expliqué lundi ces scientifiques.

Les comètes, sorte de déchets produits lors de la naissance du système solaire il y a 4,5 milliards d'années, devraient aussi permettre de percer le mystère de ses origines.

Des échantillons de Wild 2 ont été distribués à environ 150 chercheurs dans le monde pour être analysés.

Les milliers de grains de poussière et particules emprisonnés dans des cubes d'aérogel sont plus fins qu'un cheveu humain. Seules deux douzaines des particules les plus grosses sont visibles à l'oeil nu.

Stardust a également ramené des particules interstellaires collectées lors de son voyage aller vers Wild 2 que les scientifiques vont commencer à analyser prochainement.

L'aérogel est un matériau presqu'aussi léger que l'air qui a permis de capturer cette précieuse moisson de poussières cométaires et interstellaires à grande vitesse sans les endommager.

_________________
"Un intellectuel, c'est quelqu'un qui serait capable de décrire Sophia Loren sans faire de gestes" ( AUDIARD )
"Mon dieu, si tu existes, délivre-nous de toutes les religions" ( BEDOS )
"Je croirai en dieu le jour où il n'y aura plus de religions" ( Moi )

www.paysagesinterieurs.com
http://laurentrenault.canalblog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.paysagesinterieurs.com
laurent
Maître de maison


Masculin Nombre de messages : 4821
Age : 41
Localisation : Sotteville
Date d'inscription : 16/08/2004

MessageSujet: Re: A la conquête de nos origines   Ven 17 Mar 2006 - 0:31

Le système solaire, on connaît ! Vraiment ? Savez-vous combien de planètes s'y promènent ? Lesquelles possèdent des satellites ? Pourquoi les géantes sont rangées dans cet ordre ? Et qu'a-t-on appris des différentes sondes envoyées récemment à travers le cosmos ?
Récapitulatif.


Citation :
Chamboulement dans le système solaire. Une dixième planète aurait été découverte ! Pourtant, on vous a toujours appris qu'elles étaient au nombre de 9 : Mercure, Vénus, la Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune et Pluton. En aurait-on oublié une ?
Nouvel objet
En novembre 2003, le télescope du mont Palomar, en Californie, montre un nouvel objet céleste ressemblant à une planète, aux confins de notre système solaire. Baptisé Sedna, du nom de la déesse Inuit des océans glacés, cet objet sphérique et rougeâtre a un diamètre de 1300 à 1800 km, soit les ¾ de Pluton.

Monde lointain, lent et glacé
En 2003, c'est le plus gros objet du système solaire repéré depuis Pluton en 1930, et le plus lointain également. En effet, Sedna est actuellement à 13 milliards de kilomètres du Soleil, soit trois fois plus loin que Pluton ! Pendant son orbite, très elliptique, Sedna s'approche à 11 milliards de km du Soleil et s'en éloigne de 140 milliards. Forcément, si loin, il fait froid : la température à sa surface ne dépasse pas les -240°C, d'où l'origine de son surnom et sans doute les glaces d'eau et de méthane qui recouvrent son sol rocheux.

Sedna met 11 486 ans terrestres pour effectuer une révolution autour du Soleil. Certes le trajet est long, mais il faut dire aussi que Sedna se déplace lentement : entre 20 et 40 jours pour effectuer sa rotation, 1,32 km/s sur son orbite, un ralentissement probablement dû à un satellite.

Deux origines possibles
D'où vient Sedna ? Ce planétoïde n'a pas été formé là où il se trouve : son orbite très elliptique ne ressemble à aucune de celles des autres corps célestes du système solaire. Deux hypothèses opposées sont émises : Sedna s'est formée dans la ceinture de Kuiper ou dans la région de formation des planètes. Puis s'est éloignée à cause d'une quelconque interaction gravitationnelle. La deuxième hypothèse suggère que Sedna est "née" dans le nuage de Oort puis aurait été déplacée, mais vers l'intérieur du système solaire cette fois.

Planète ou pas ?
Le système solaire doit-il désormais compter dix planètes ? Sedna tourne autour du Soleil, sa taille est assez importante, elle est sphérique, sa composition semble assez similaire à celle de Pluton, elle possède même sûrement un satellite, elle possède donc des caractéristiques propres aux planètes. Pourtant, pour les scientifiques américains, Sedna est trop petite pour être considérée comme telle…

Citation :
Sedna est trop petite pour être considérée comme une planète. Mais que penser de UB313 ?
Un objet plus gros que Pluton
Découvert en janvier 2005, cet objet, surnommé Xena, est un corps glacé où règne une température de -240°C. Situé sur une orbite dont le point le plus distant du Soleil est 97 fois plus lointain que la Terre, Xena réfléchit 92% de la lumière visible, comme un champ de neige fraîche. Mais surtout, Xena mesurerait environ 3000 km de diamètre, soit 700 de plus que Pluton.

Planète ou gros astéroïde
Alors faut-il qualifier cet objet de planète ? Il est difficile de lui refuser ce statut sans reléguer Pluton au rang de gros astéroïde glacé. Mais le lui accorder revient à répertorier comme planètes les dizaines d'objets de la taille de Pluton.

Depuis la découverte de Pluton, en 1930, les instruments et les techniques d'observation se sont affinés, et des centaines d'objets ont été découverts au-delà de Neptune dans ce que l'on nomme aujourd'hui la ceinture de Kuiper : les transneptuniens. Une dizaine d'entre eux affiche même un diamètre supérieur à 1000 km. Ces corps sont constitués pour la plupart de roches et de glace (d'eau ou de méthane). Citons parmi eux, Sedna, mais aussi Orcus, de plus de 1000 km de diamètre, Quaoar, découvert en 2002 et mesurant 1250 km de diamètre, et UB313.

Inclassables
Que faire de ces nouveaux objets ? L'alternative semble être la suivante : soit l'on considère que ces transneptuniens ne sont pas des planète, et Pluton devra logiquement être destitué de son statut. Soit l'on admet qu'ils en sont, et dans ce cas, il faudra retenir de nombreux autres transneptuniens et considérer que notre système solaire compte des dizaines, voire des centaines de planètes ! Bref, la frontière entre la définition de planète, planétoïde et astéroïde s'amenuise et devient obscure

Citation :
Les découvertes de transneptuniens remettent en cause le grade de planète de Pluton. Or, encore faudrait-il pouvoir définir précisément ce qu'est une planète.

Astéroïde/planète : limite floue
Ce n'est pas une histoire de taille : certains astéroïdes dépassent les 1 000 km de diamètre. Ce n'est pas non plus une question d'atmosphère : Titan, un satellite de Jupiter en possède une. La notion de est devenue très floue !

Pourquoi "devenue"? En 1930, lors de la découverte de Pluton, cette ambiguïté n'existait pas. Pluton était le seul objet connu gravitant autour du Soleil au-delà de l'orbite de Neptune, c'était une raison suffisante pour en faire une planète. A l'époque, tout corps tournant autour du Soleil, hormis les comètes et les astéroïdes, était considéré comme une planète.

Qu'est-ce qu'une planète ?
Quelle définition donner à une planète aujourd'hui ? Une planète est un corps du système solaire plus massif que la masse de tous les autres corps ayant une orbite semblable. Par exemple, beaucoup d'astéroïdes croisent l'orbite de la Terre. Mais la terre est plus massive que l'ensemble de ces astéroïdes. La Terre est donc une planète. Cérès, le plus grand des astéroïdes, n'est pas plus massif que l'ensemble des astéroïdes. Par conséquent, ce n'est pas une planète. Cette définition satisfait une grande partie des astrophysiciens.

Mais voilà, selon cette définition, Pluton n'est pas une planète : il appartient clairement à la ceinture de Kuiper. Il n'est pas plus massif que l'ensemble des objets de la ceinture de Kuiper. Ainsi Pluton n'est pas une planète, mais le plus grand objet de sa classe.

Science contre culture
Seulement, d'un point de vue culturel, Pluton est rangé comme planète depuis des décennies. Difficile de le déloger. Le poids de la culture est tel qu'on distingue encore aujourd'hui l'Europe de l'Asie alors que l'on sait que ces deux "continents" appartiennent à une unique plaque continentale. Alors, de là à parler de Pluton comme d'un astéroïde…

Bref, on vous a appris que le système solaire comptait 9 planètes. On a cru pendant un moment qu'il en possédait 10. Finalement, seuls 8 objets répondraient à la définition de planète. Mais seule l'Union Astronomique Internationale (UAI) est habilitée à trancher la question. À ce jour, aucun compromis n'a pu être trouvé. Cependant, on entend dire que Pluton gardera son statut de planète puisque c'est la seule à avoir été découverte par un Américain…

La suite ici : http://www.linternaute.com/science/espace/dossiers/06/systeme-solaire/6.shtml

Wink

_________________
"Un intellectuel, c'est quelqu'un qui serait capable de décrire Sophia Loren sans faire de gestes" ( AUDIARD )
"Mon dieu, si tu existes, délivre-nous de toutes les religions" ( BEDOS )
"Je croirai en dieu le jour où il n'y aura plus de religions" ( Moi )

www.paysagesinterieurs.com
http://laurentrenault.canalblog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.paysagesinterieurs.com
laurent
Maître de maison


Masculin Nombre de messages : 4821
Age : 41
Localisation : Sotteville
Date d'inscription : 16/08/2004

MessageSujet: Re: A la conquête de nos origines   Sam 18 Mar 2006 - 12:02

Citation :
La mystérieuse matière sombre, qui empêche les galaxies de s'éparpiller en millions d'étoiles isolées, était tout aussi présente il y a 6 ou 7 milliards d'années - un moment où l'Univers produisait d'énormes quantités de nouveaux astres - qu'aujourd'hui.

"C'est une surprise totale, car on aurait pu penser que cette proportion allait évoluer avec les années", souligne jeudi François Hammer, l'un des astronomes de l'équipe de l'Observatoire de Paris à l'origine de la découverte.

L'univers comporte aujourd'hui dix fois plus d'étoiles qu'il y a 7 mds d'années, mais le rapport matière stellaire/matière sombre n'aurait pas bougé, selon cette étude à paraître dans le magazine Astronomy and Astrophysics.

Le concept de "matière sombre" remonte aux années 60, lorsque les astronomes ont réalisé que les galaxies spirales, comme notre Voie Lactée, tournaient sur elles même beaucoup trop vite par rapport à leur masse. Au bout de quelques tours, toutes leurs étoiles auraient du être éjectées. Il fallait donc imaginer l'existence d'une masse encore inconnue pour expliquer leur stabilité.

"Pour stabiliser les galaxies spirales, on a besoin d'une matière que l'on ne connait pas, dont on ne sait encore rien, représentant une masse trente fois plus importante que la matière connue", explique à l'AFP M. Hammer.

Les astronomes s'interrogent toujours sur la nature de cette masse sombre: trous noirs, gaz stellaires, particules "exotiques" encore inconnues... Et sur sa localisation. "On ne sait pas où la mettre. Peut-être dans un grand halo, entourant le disque de la galaxie, un peu éloigné d'elle, mais liée par la gravité à la galaxie", spécule le scientifique.

Les observations des astronomes parisiens ont été permises par un nouvel instrument, baptisé Giraffe, greffé sur l'un des télescopes de l'Observatoire européen austral, sur le site du Paranal (Chili). Cet instrument est composé de minuscules microlentilles assemblées en forme "d'oeil de mouche".

Chaque "oeil de mouche" découpe une galaxie en plusieurs morceaux et en mesure les vitesses relatives. Giraffe compte 15 de ces "yeux", ce qui a permis de faire autant d'observations en 24 nuits qu'on aurait pu en faire en 240 nuits avec un instrument classique, explique M. Hammer.

L'équipe de l'Observatoire de Paris a ainsi pu scruter des dizaines de galaxies lointaines, donc très anciennes. Parmi les galaxies observées, quatre sur dix n'étaient pas stables. "En revanche, dans notre univers proche, 99% des galaxies spirales sont sur des rotations stables. Notre soleil met ainsi à peu près 200 millions d'année à faire le tour du centre de notre galaxie. Il a ainsi fait un peu moins de vingt tours depuis qu'il existe".

"On voit que dans le passé, c'était tout à fait différent", relève M. Hammer. "Cela pourrait impliquer que les collisions et les fusions (de galaxies) sont importantes dans leur formation et leur évolution".

_________________
"Un intellectuel, c'est quelqu'un qui serait capable de décrire Sophia Loren sans faire de gestes" ( AUDIARD )
"Mon dieu, si tu existes, délivre-nous de toutes les religions" ( BEDOS )
"Je croirai en dieu le jour où il n'y aura plus de religions" ( Moi )

www.paysagesinterieurs.com
http://laurentrenault.canalblog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.paysagesinterieurs.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la conquête de nos origines   Aujourd'hui à 21:45

Revenir en haut Aller en bas
 
A la conquête de nos origines
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pokémon Origines
» Guillaume le Conquérant sur Arte
» Faction Arabes de la conquête
» origines et traditions d' Halloween
» Next Génération.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paysages Intérieurs :: Au coin du feu :: Au coin du feu-
Sauter vers: